Bon, on est à la mi-juillet, on voit sur les réseaux sociaux toutes les photos de vacances de tout le monde, les nénettes en maillot de bain, dans une bouée géante licorne ou donuts, bref, des trucs dignes des magazines.

 

Photo by Ishan @seefromthesky on Unsplash

 

Mais bon voilà, il ne faut pas se leurrer, dans la vraie vie, ce n’est pas vraiment comme ça. Quelle fille ne redoute pas / n’a pas redouté l’été et la mise en maillot de bains au moins une fois ?
Avec la grossesse et mes kilos en plus, je n’ai pas (encore ! – soyons optimiste) retrouvé pleinement ma ligne d’avant grossesse, mon corps s’est modifié, et avec le poids des ans et les restes de sport intensif de ma jeunesse, ma morphologie a un peu changé. Déjà que je n’aime pas particulièrement l’eau qui est toujours trop – – – pour moi (trop froide, trop chaude, trop de courant, trop de sel, trop d’algues, trop de vagues, trop profonde… bref, en gros, trop d’eau), l’épreuve du maillot de bains est une torture, oui une torture.

Après ma grossesse, j’ai consulté pour d’autres questionnements une sophrologue qui m’a dit qu’il fallait que je surmonte cette peur de l’eau pour ne pas la transmettre à ma fille. J’ai pris le problème par les cornes et je me suis rendue compte qu’avant tout, qu’avant la peur de l’eau, c’était de me mettre en maillot de bains qui me faisait horreur. Car je me sentais aussi trop – – – (comme l’eau quoi) : trop grosse, trop de cellulite, trop de ventre, trop difforme, trop large des épaules, trop large des hanches… Bref, je me sentais juste de trop sur la plage ou sur le bord de la piscine.

Moi qui adore les années 50, je me suis dis : « nan mais les filles à cette époque elles avaient des formes, elles étaient fières de les montrer et leurs fringues leur allaient parfaitement ». Voilà que je tape sur Ecosia (mon moteur de recherche qui plante des arbres) « maillot de bains rétro ».

J’ai commandé chez Rock Ange’Hell le maillot de bain de mes rêves, une pièce (moi qui ne jurais que par les 2 pièces mais je détestais ça car mon ventre se trouvait sous le feux des projecteurs), une merveille noire avec des pois blancs, drapée sur le dessus, qui descend un peu sur les hanches et qui me fait des nichons d’enfer. Dedans, je me sens belle, je me sens une vraie femme, qui assume ses formes, sa taille fine, ses épaules d’ancienne rameuse d’aviron, ses cuisses musclées sous un peu de cellulite, son décolleté… Mes complexes et mes imperfections (que je suis probablement la seule à voir) sont toujours là, je les assume plus qu’avant dans mon maillot de bains de pin-up; il est devenu mon armure, j’en suis fière et à chaque fois que je le ressors, je jubile intérieurement, et je me dis aussi : « pourquoi tu ne l’as pas acheté plus tôt !? »

Si je vous parle de ça, c’est que la photo de Rita Le Chat sur Instagram et sa phrase en légende  » Les étiquettes que l’on se colle sur le corps cachent bien trop souvent les belles âmes. » m’a fait cogiter. Arrêtons de nous martyriser avec nos complexes, nous avons été lobotomisées par des années de magazines féminins, de régimes détox plus incroyables les uns que les autres pour être au top sur la plage, de ces photos en 4 par 3 de nénettes qui n’ont jamais vu l’ombre d’un gâteau au chocolat de toute leur vie.

La vraie vie, ce n’est pas ça, ce sont les aléas de la vie, l’héritage de notre morphologie, les glaces improvisées chez le glacier d’à-côté, les bons petits plats entre amis, les repas de famille où l’on partage ses bonnes recettes, une bonne bière et une saucisse bavaroise devant la demie-finale de coupe du monde de foot, c’est aussi pour certaines femmes, porter des bébés de plus de 4 kilos dans son ventre et hériter des vergetures, allaiter et avoir les seins qui pendouillent un peu plus qu’avant (ooohh ça va ce n’est pas non plus jusqu’aux genoux).
J’ai 33 ans et 23 ans de complexes derrière moi. Mon maillot de bains à pois et moi, on a décidé qu’il était temps que ça s’arrête.

J’en arrive même à être impatiente de la prochaine baignade. Mais par pitié, faites que l’eau ne soit pas trop froide quand même ! (Montpellier, tu peux commencer à chauffer ton eau pour moi)

 

Psst, si toi aussi tu veux craquer pour un maillot de bains rétro et arrêter de te cacher derrière ton paréo : Rock Ange’Hell, Belldandy, Miss Retro Chic et Top vintage en ont qui déchirent !