Vous l’avez peut-être vu sur Instagram avec cette photo en particulier, je suis fan de photographies. J’aime regarder les photos de notre enfance, celles que mes parents ont faites de nous, ma sœur et moi, et qu’ils développaient dans la douche qui avait été transformée en studio.

J’aime ces moments que l’on immortalise, ces sourires; je trouve les photos révélatrices, elles symbolisent une époque, un moment éphémère, capturé par l’objectif.

 

Il y a 4 ans, j’ai offert à ma sœur pour Noël, une séance photo avec la talentueuse Marie-Laure de Blanc Coco Photographe, et c’était remplies d’appréhensions que nous sommes passées devant l’objectif, pleines de questions : allions-nous être à l’aise, naturelles, et puis qu’est-ce qu’on allait bien pouvoir faire pendant 3 heures ?

Finalement, j’avais organisé une sorte de petit goûter sur l’herbe avec plein de petites gourmandises que nous adorons ma soeur et moi: des pasteis de nata en souvenir de notre voyage fraternel à Lisbonne, des cerises, des cupcakes; j’avais aussi apporté des photos de notre enfance. La photographe a su tout de suite nous mettre à l’aise, discutant avec nous de ce que nous aimions, elle a appris à nous connaître et ses photos reflètent bien ce que nous sommes.

 

Petit goûter sur l'herbe - photo par Blanc Coco Photographe

Petit goûter sur l’herbe – photo par Blanc Coco Photographe

 

Petit goûter sur l'herbe - photo par Blanc Coco Photographe

Petit goûter sur l’herbe – photo par Blanc Coco Photographe

 

 

Ce n’est pas quelque chose de narcissique de « louer » un photographe pour qu’il vous prenne en photo. Ce sont des souvenirs inoubliables; on a des jolies photos de soi que Tonton Roger « qui a un super appareil qui fait tout » ne fait pas, parce qu’il a beau vous connaître, il n’a pas le même regard, la même expérience.

Les photographes sont souvent spécialisés dans un genre de photo reportage, ne font pas poser les personnes qu’ils ont en face d’eaux car justement ce qui les importe, c’est de capturer des moments de vie, pas des visages figés dans une émotion feinte.

C’est justement ce que nous avons aimé, ma sœur et moi, nous qui avons parfois du mal avec l’objectif : de ne pas poser, de ne pas sourire pendant 5 minutes pendant que le photographe fait son réglage. D’avoir imaginé ce petit décor nous a permis de ne pas se sentir « nues » et d’évoluer le temps de la séance dans un environnement familier.

 

La complicité entre soeurs - photo par Blanc Coco Photographe

La complicité entre soeurs – photo par Blanc Coco Photographe

 

4 ans plus tard, avec un amoureux convaincu, nous avons alors renouvelé l’expérience avec Jean-Laurent Gaudy lors de notre voyage à New-York.

J’admirais le travail de Jean-Laurent (à l’époque basé en France) depuis longtemps et quand nous avons décidé de partir à New-York et que nous avons vu que Jean-Laurent y avait élu domicile depuis quelques mois, je me suis dit « Banco ! » (et c’est là où j’ai commencé à travailler l’amoureux :)).

 

Meatpacking - Photo par Jean-Laurent Gaudy Photography

West Village – Photo par Jean-Laurent Gaudy Photography

 

Nous avons discuté auparavant avec Jean-Laurent par Skype, cela a permis de nous connaître un peu, de connaître pour nous sa façon de travailler, et de nous mettre en confiance :). Nous nous sommes aussi retrouvé ensemble la veille de notre séance autour d’un verre en terrasse (dans le froid de New-York au mois d’avril).

Cela nous a permis aussi d’être plus à l’aise le lendemain; même si je crois qu’au final, je ne l’étais pas totalement : c’était difficile pour moi de me détendre complètement; même si le regard des new-yorkais (qui, il faut bien l’avouer s’en foutent royalement de vous en train de vous faire prendre en photo) ne m’importait pas le moins du monde, c’était la première fois que nous tentions cette expérience toute nouvelle pour nous deux.

 

Dans West Village - Photo par Jean-Laurent Gaudy Photograhy

Dans West Village – Photo par Jean-Laurent Gaudy Photograhy

 

 

Golden Hour - Photo par Jean-Laurent Gaudy Photograhy

Golden Hour – Photo par Jean-Laurent Gaudy Photograhy

 

Certaines personnes vous diront « ouais mais ça doit coûter un bras ! ».  C’est sûr que c’est un certain budget. Tout dépend de votre photographe et de sa notoriété aussi.

Mais surtout, certains photographes comprennent dans leur budget quelques photos papier (parfois seulement 5 !) et vous devez acheter les autres si vous désirez les avoir à la maison. Nos deux photographes nous ont donné tous les fichiers numériques (entre 100 et 200 photos) dans d’excellentes résolutions d’image. Et quand on fait le comparatif, ça ne revient pas forcément plus cher !

 

Une de mes préférées - Photo par Jean-Laurent Gaudy Photograhy

Une de mes préférées – Photo par Jean-Laurent Gaudy Photograhy

 

Ma préférée - Photo par Jean-Laurent Gaudy Photopgraphy

Ma préférée – Photo par Jean-Laurent Gaudy Photopgraphy

 

Cette séance, nous l’avons vécue comme une balade dans New-York; nous y étions depuis seulement quelques jours. Le hasard a fait que mon amoureux m’avait demandé en mariage juste le matin même et que pendant cette séance, nous étions liés lui et moi par cette immense secret que nous seuls connaissions. Nous regardons maintenant ces photos avec une tendresse et un sourire tout particuliers. 🙂

Nous retentons forcément l’expérience dans un mois avec le photographe de notre mariage (non non, son nom restera – du moins pour l’instant – secret) pour une séance en amoureux, et nous avons hâte ! Et je suis sûre que je serai encore plus à l’aise 🙂

 

Et vous, vous avez déjà tenté l’expérience ? Vous avez aimé ? Vous referiez ? Ou alors vous n’avez jamais tenté et vous ne referez jamais ?