De tous les conseils que nous avons reçu avant la naissance de notre enfant, le plus absurde a été sans conteste : « fais des réserves de sommeil ». Voilà voilà. Bon, on passe sur le fait qu’il est impossible de faire des réserves de sommeil, parce que si ça se savait, on dormirait toute la première moitié de notre vie pour ensuite passer la seconde à faire la fête non stop sans dormir.

Dès que quelqu’un nous voit avec notre petite louve, une des premières questions que l’on nous pose (et ce, quasiment depuis sa naissance), c’est « est-ce qu’elle fait ses nuits ? », ou alors la variante « est-ce qu’elle dort bien ? ». Oui oui, voilà voilà, les gens sont passionnés par le sommeil des bébés, ce qui, je pense, met encore plus la pression aux parents qui culpabilisent de mal faire quand ce n’est pas le cas et qui se mettent encore plus la pression quand la question est redondante à chaque conversation. Merci de votre bienveillance de poser cette question et de vous intéresser à nos bébés, mais… lâchez-nous parfois la grappe !

Nous avons juste eu de la chance que notre fille fasse ses nuits au bout de 6 semaines, chanceux que nous sommes. Je ne viens pas ici étaler ma science en dodo, je n’ai pas la science infuse, je ne sais pas ce qu’il faut faire ou ne pas faire… Je partage juste avec vous ces petites astuces que nous avons mises en place, et ce, dès le retour de la maternité.

 

IMG_6440

 

    • The place to be : Elle dort dans son lit, dans sa chambre depuis notre retour de la maternité. Il n’y a là aucun jugement; si vous préférez avoir votre bébé dans votre chambre, en cododo, libre à vous, je le répète, il n’y a pas une manière de faire.
    • Papa + Maman : Nous lui souhaitons tous les deux une bonne nuit, à notre tour, nous avons chacun notre petit moment avec elle. Quand ce n’est pas possible, on en parle dans la chanson (voir plus bas !)
    • La journée: nous lui racontons sa journée en mettant en avant les points positifs : « tu as bien mangé », « on a vu Tata et Tonton Raclette », « tu as bien joué sur le tapis ». Une manière pour nous aussi de ne garder que le positif même si la journée a été affreuse.
    • La journée (bis) : lui dire qu’il y a un temps pour tout, un temps pour s’amuser, jouer, manger, et un temps pour dormir, et que oh ! miracle, ce temps-là est arrivé !
    • La rassurer : lui dire que nous sommes juste pas loin, à côté, que l’on viendra si elle nous appelle, qu’on a branché le babyschrounch et qu’on l’entendra malgré tout. Qu’elle peut nous appeler pour lui remettre la sucette, lui changer sa couche ou tout simplement lui faire un câlin.
    • Lui donner confiance : lui dire qu’elle sait faire des gros dodos, et au début, on lui disait qu’elle pouvait dormir aussi longtemps qu’elle le voulait, qu’on la croyait capable, qu’elle avait les ressources nécessaires en elle pour y arriver.
    • Le contact : on lui caresse les cheveux, on lui pose la main sur le ventre. Quand je la berçais, ventre contre ventre, au moment de la reposer dans son lit, je gardais un contact avec elle en posant tout de suite ma main ou une couverture sur son ventre.
    • Le Summum : la chanson ! J’ai inventé une petite chanson pour le rituel de la nuit. Non non pas de vidéo 🙂 Mais la chanson reprend le rituel du dodo : on ferme les volets, on tire le rideau, on met sa gigoteuse (ou son pyjama), un câlin de maman/papa/tata/tonton/, les doudous tout autour…. A vous d’inventer la vôtre, simple, pas trop longue non plus; la nôtre a le même air pour les 3 couplets ! On la chante tous les soirs, plus ou moins juste !
    • La conclusion : lui souhaiter une bonne nuit et lui dire qu’on l’aime très fort.
    • Le Bug: ça ne marche pas, il faut retourner au front : grrrrrr. Ok, grrrr. Mais y aller avec le sourire. Pas facile à chaque fois, je ne vais pas vous mentir et vous dire qu’on y est allés à chaque fois avec un grand smile, l’air de rien, genre « non non non, ça ne me gonfle pas du tout de revenir pour la 4ème fois », mais j’essaie. Je me dis qu’elle doit sentir la bienveillance qu’il y a en nous à ce moment-là.
    • Le lendemain matin : on la félicite, même si elle s’est réveillée dans la nuit, en lui disant qu’elle a fait un beau dodo. Mais on est encore plus enjoués quand on a passé la nuit entière 🙂

 

Il ne faut pas se mentir, il y a eu des soirs où ça n’a pas marché, où elle a pleuré, où on a fait les 100 pas dans sa chambre en la berçant, en fredonnant cette chanson citée juste plus haut, cette chanson qui nous sortait par les oreilles. Il y a des soirs où je l’ai laissée pleurer en disant à mon mari « C’est ton tour, elle me gonfle ! », des soirs où on l’a laissée pleurer tout court, où l’on n’a pas compris pourquoi ça ne marchait pas, pourquoi après toute cette journée, tous ces pleurs, elle ne s’endormait pas d’épuisement.

Il faut trouver en soi la patience (pas facile tous les jours non plus, et je suis loin de vous faire la morale !!), et se dire que demain est un autre jour, que la nuit prochaine sera peut-être meilleure. Rien n’est jamais gagné, que ça marche ou pas. Eh oui.

 

Et vous, quelles ont été / quelles sont vos astuces pour endormir votre petit-e ?