Dès que nous avons annoncé notre départ à Berlin à nos proches, on nous a rapidement parlé de la météo. Berlin, ville du Nord, à 100 km et quelques de la Pologne, bien tout en haut de l’Allemagne. Mon amie Gaëlle nous a dit aussi « Quand je suis allée à Berlin au mois de novembre, j’ai cru perdre mes pieds, il a fait -14° ». Blurp. Moins 14 degrés.

Bon, j’ai en tout cas encore mes doigts car je vous écris (je ne sais pas encore faire avec mes pieds, mais bon, remarque, si je perds mes orteils dans 15 jours, ce n’est pas la peine que je commence à apprendre à taper sur mon clavier avec mes pieds). Bref, soit.

Je me promenais l’autre soir dans les rues de Berlin, (en réalité, j’allais chercher les burgers qu’on avait commandé à emporter, je sais, on fait mieux en terme de réduction des déchets, mais pour l’instant, je n’ai pas de plaques de cuisson ni de four, alors on s’adapte), petite louve avec son papa bien au chaud à la maison. Emmitouflée dans ma veste, mon bonnet sur les oreilles, mes mains non gantées dans mes poches, les épaules un peu relevées, je me suis rendue compte qu’en fait, j’aimais bien avoir froid. Je sens mes joues fraîches et le bout de mon nez un peu froid, et mes mains chaudes au fond de mes poches. Je sais qu’une fois que j’aurai enlevé mon bonnet, je vais avoir les cheveux tout plats, alors que je les ai lavés ce matin (grrr), mais finalement je m’en fous d’avoir les cheveux aplatis.

Depuis quelques temps, nous avons eu envie de changer notre façon de vivre avec mon mari. Un quotidien encore plus tourné vers la réduction des déchets (vous savez que je suis une adepte des produits lavables, du vrac, des circuits courts et du DIY), le minimalisme (notre déménagement nous a permis de faire un grand tri dans nos affaires, et ce n’est pas fini), et depuis peu, le hygge.

 

IMG_9147

 

On a bassiné nos proches avec le hygge, vantant à tour de bras le livre que nous étions en train de lire : Hygge, se réjouir des choses simples de Pia Edberg. Voilà, le hygge, c’est ça, profiter des choses simples, ralentir pour profiter des petits plaisirs de la vie. Mon activité favorite depuis la nuit des temps, c’est les petits plaisirs, c’est ce qui nous a lié (entre autres) dès notre première rencontre avec mon mari, et qui nous a plu chez Laurent Brouzet, le photographe de notre mariage (je vous racontais dans cet article comment nous l’avions choisi). J’aime l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, regarder les gens passer dans la rue, mettre mes mains autour d’un mug de thé bien chaud, laisser la buée envahir mes verres de lunettes, dessiner des coeurs dans la buée sur les vitres, entendre le « ploc » des couvercles des pots à confiture quand elle refroidit.

Et quand il fait froid dehors, que je rentre, mes burgers à emporter à la main, mes joues rafraîchies, mes cheveux aplatis, rien que le fait de penser qu’en rentrant dans notre maison où il faut chaud, je vais retrouver ma fille et mon mari, en train de jouer aux Duplo sur le tapis, à la lumière de cette petite guirlande, je n’ai déjà plus froid. Je profite de ces choses simples que la vie m’a offerte: beaucoup d’amour, un foyer réconfortant et chaleureux (et des burgers avec des frites bien croustillantes).

Et vous, quels sont vos petits plaisirs ?