Il y a un an tout pile, voilà que nous nous disions « oui » devant nos proches. Nous avions le coeur gonflé d’amour (encore plus que d’habitude), le soleil était de la partie au milieu de toute cette semaine de pluie et de temps maussade. Un Grand Jour, véritablement.

Aujourd’hui, je vous livre les dessous du choix de mon alliance… Lors d’un mariage, chez la mariée, on regarde surtout sa robe, un peu sa coiffure et son maquillage, mais surtout son alliance !

 

Traditionnellement, c’est un anneau « tout simple », les pierres sont d’ordinaire réservées à la bague de fiançailles. « Laroussement« , c’est « une bague de métal précieux portée en France à l’annulaire gauche par les personnes mariées ». Pas d’obligations ni de contre-indication donc, concernant cette fameuse alliance qui rassemble à elle toute seule, les fantasmes et les espoirs des autres, et la symbolique que l’on veut bien y voir quant à ses petites particularités.

Pour notre mariage, j’ai fait le choix d’une alliance loin des stéréotypes de l’anneau « simple ».

Mon mari, qui n’était alors à l’époque que mon amoureux et tout juste mon fiancé, a choisi ma bague de fiançailles tout seul, comme un grand, une bague que j’ai découvert une semaine après sa demande en mariage (la bijouterie où il l’avait commandé lui avait assuré sa réception avant notre départ en voyage… mais en fait non ! 🙂 ), une bague pour laquelle j’ai eu un coup de coeur immédiat !

 

fiancailles

 

Une bague au montage un peu rétro, simple, discrète et élégante. Mais ce montage justement un peu particulier a compliqué les choses pour le choix de mon alliance. Car celle-ci allait être masquée par la bague de fiançailles et toutes deux allaient se chevaucher, l’alliance devant passer sous la pierre de ma bague de fiançailles. Car bien sûr, toujours selon cette maudite tradition, la mariée est censée porter son alliance et sa bague de fiançailles au même annulaire gauche, l’alliance d’abord (plus proche du coeur) et la bague de fiançailles ensuite.

Mais voilà, ce n’était donc pas possible. D’autant que dans cette bijouterie où nous sommes allés faire notre choix, je suis tombée amoureuse de mon alliance.

 

Photo Laurent Brouzet

Photo Laurent Brouzet (mon alliance, c’est celle de droite bien sûr !)

 

Une alliance un brin rétro, et qui avait une symbolique pour moi. De chaque côté de la pierre centrale, deux petites pierres qui symbolisent notre individualité, et qui entourent la pierre centrale qui symbolise notre couple. Les deux individualités sont nécessaires à la tenue du couple, elles ne peuvent s’effacer à son profit, elles font l’identité du couple, le façonnent, le rendent plus fort et plus riche.

Nous les avons choisies, et fait apposer une gravure à l’intérieur. Quand nous sommes venus chercher nos alliances une fois gravées à la bijouterie, la vendeuse (qui n’était pas la même que celle avec qui nous avions fait notre choix) à qui je dis que « je viens chercher des alliances » me dit « oui alors c’est une alliance et une bague ». Moi, totalement sur mon nuage de venir chercher nos ALLIANCES, je tique à moitié. De quoi je me mêle, si je te dis que ce sont nos alliances, ce sont nos alliances. « Oui, parce que ce n’est pas une alliance, avec les pierres, il faudra faire attention, il vous faudra l’enlever pour faire la vaisselle ou le ménage ». Ça tombe bien, chez nous, c’est mon mari qui fait plus la vaisselle que moi et qui passe la serpillière. Là, mon côté féministe se réveille, je bous intérieurement. Je ne dis rien (vous savez bien, mes meilleures répliques me sont venues par la suite), décidée à ce que cette kfjeofhdfijvhiusdhfvhjd de vendeuse ne me gâche pas mon moment.

 

 

Mais ce n’est pas tout !! (eh non !)

Le jour de notre mariage, fière et la plus heureuse du monde d’avoir dit « oui » à mon mari, folle de joie et le coeur rempli d’amour, on demande à voir mon alliance. J’ai fait fi de la tradition (encore une fois) qui dit que la fiancée doit arriver mains nues à son mariage et ôter ses autres bagues, je les ai gardées : la bague de fiançailles de ma grand-mère, et un petit anneau en argent martelé tout simple que mon mari m’a offert au début de notre histoire d’amour.

Une de nos invitées me demande à voir mon alliance: pas peu fière, je tends ma main gauche et voilà qu’un « C’est ça? » tout étonné vient à mes oreilles. Oui, C’est ça. Je ne dis rien, j’occulte, je reste sur mon nuage. Moins d’une heure après, une autre de nos invitées me demande également de voir mon alliance, je tends ma main gauche, mais croyant que je me suis trompée, prend ma main droite, croyant que mon alliance est ce petit anneau tout simple que mon mari m’a offert, que je porte à l’annulaire droit.

Hum Hum. Comment dire ??

 

Je porte depuis 1 an mon alliance pas comme les autres avec une grande fierté, ma bague de fiançailles est à mon annulaire droit, et même si la tradition me brûlerait vive d’avoir osé, je m’en contrefous.

Aujourd’hui, un an après, je suis toujours autant fière de mon alliance, de mon alliance pas comme les autres. Le plus important, dans le choix de l’alliance c’est qu’elle représente quelque chose pour vous, qu’elle soit le symbole de votre amour que vous portez à votre conjoint-e, c’est ça, avant tout, comme le veut la définition de notre ami Larousse.  Il n’y a pas d’obligation, pas de règles à respecter, c’est la vôtre, à vous, jeune mariée, la vôtre, à vous, jeunes mariés. C’est une bague qu’on porte à l’annulaire gauche, une bague, quelle qu’elle soit. Au diable les remarques désobligeantes, la maladresse des uns et des autres, empêtrés dans le respect des traditions obsolètes insensées.

Choisissez l’alliance que vous aimez, celle qui vous transporte, celle qui, à chaque fois que vous la regarderez, vous rappellera ce jour si fabuleux, hors du temps, ce jour que vous avez vécu sur un nuage, ce jour qui cristallise tout l’amour que vous portez à votre amoureux-se.

 

Et vous, vous avez suivi votre coeur pour le choix de votre alliance ?